AFMG

Accueil Non catégorisé Une bien triste nouvelle ...
  • 001.jpg
  • 002.jpg
  • 3-gnral athnien-54mm.jpg
  • 003.jpg
  • adoration des bergers.jpg
  • c100_0058.jpg
  • dsc_0021-001_modifi.jpg
  • fiat 22.jpg
  • imgp0239.jpg
  • img_3740.jpg
  • T34 76 2.jpg
  • vizcondedeleon.jpg

Une bien triste nouvelle ...

Il y a bientôt 15 ans, je passais devant la vitrine du syndicat d’initiative de Gagny où je remarquais une bien belle exposition de petits soldats (je ne savais pas alors que l’on nommait cela des figurines).

Ancien maquettiste, j’avais toujours eu envie d’agrémenter mes maquettes de petits personnages afin de leur donner un peu de vie.

Je me suis donc renseigné auprès de la personne présente et celle-ci m’a donné les coordonnées du président de l’AFMG.
Dès le premier coup de téléphone j’ai senti que le président était quelqu’un de passionné et qu’il avait envie de faire partager cette passion.
Jean et Marcelle m’ont reçu chez eux en toute simplicité et beaucoup de générosité; devant tant de gentillesse je n’ai pas résisté à l’envie de rejoindre le club. Dès la première réunion qui se déroulait alors au château de Maison Blanche, Jean m’a présenté aux membres présents et j’ai tout de suite senti qu’il nous considérait un peu comme ses enfants.
Avec nos quarante ans d’écart il est vrai qu’il avait presque l’âge de mon père et quelque chose de troublant pour moi, c’est qu’il m’appelait « mon grand » comme le faisait mon père. 

Jean était avant tout un collectionneur de « petits soldats » plus qu’un peintre de figurines, mais il était  présent à toutes nos réunions et il se déplaçait toujours pour les concours en région parisienne.
Nous n’oublierons pas le café et les petits gâteaux que nous préparait Marcelle avant de partir à Sèvres ou Montrouge.  
Jean avait de la classe, du charme, et à chacune de nos manifestations dans la ville de Gagny  il savait aborder le public pour faire connaître son petit monde ; et malgré son grand âge nous aimions plaisanter sur ses conquêtes féminines.
J’ai eu le privilège d’être son secrétaire trésorier (cumul des mandats) pendant de longues années et il est vrai que j’étais souvent chez Jean et Marcelle qui me recevaient à chaque fois comme un fils.

Jean était aussi un angoissé qui avait le sens du détail, de la précision et je me souviens que lorsque nous avions organisé le premier concours de l’AFMG à l’Arena, il n’a retrouvé le calme qu’une fois la dernière médaille distribuée.

L’état de santé de Marcelle n’a fait qu’aggraver son angoisse, et il n’arrivait plus à faire face aux petits tracas de la vie ; tout cela a précipité sa décision de passer le flambeau de la Présidence.

Un jour, ils sont partis tous deux dans une maison de retraite prés de chez leur fille.
Je savais que Jean avait quelques pertes de mémoire mais quel ne fût pas mon désarroi lorsque un jour je lui ai téléphoné et qu’il ne m’a pas reconnu. En raccrochant j’ai ressenti une très grande peine et un sentiment de vide.
C’est pourquoi je veux garder de Jean, cette image de l’homme qu’il était avant la maladie et que nous avons tous connus.

Ce 06 mars ses petits soldats étaient bien tristes, ils ont perdu leur Général et je suis sur qu’ils seront là, ce 12 mars, au garde à vous, pour l’accompagner dans sa dernière demeure.

Eric BARBERIS

 

Accueil Non catégorisé Une bien triste nouvelle ...